Commission: French State (Music Office), Ina-GRM

[English translation not available]

La nature — ce réservoir d’organismes et de formes temporelles — propose bien des schèmes à notre imagination rythmique: respiration, pulsation, flux et reflux, cycle du jour ou des saisons… Leurs dessins, leurs textures forment le sol, le tapis de l’existence.

Les figures de temps, dont la trace sonore révèle le mouvement intérieur, surprennent par leur vocabulaire familier. Susciter un désir ou plaisir d’écoute à partir des perceptions plutôt temporelles, de leurs élans, images, figures, éclats, tel est bien le projet, son idée dynamique.

Plusieurs «moments» que de mêmes entités traversent vont chacun s’attacher à montrer un aspect du «grain» du temps pour en prolonger l’émotion potentielle.

Voici, mises en œuvre, quelques figures du temps. Il y a celle qui presse et fuit, — qui bat et martelle, — qui déferle en vague, — qui se retire, s’inverse, — qui éclabousse en gerbe, — qui ruisselle en pluie, — qui coule, en s’égrenant, — qui perle lentement, — qui gicle par saccades, — qui gire en tourbillon, — qui s’évapore …

Variations du «coup» à la «trace», de la pulsation épaisse à la mélodie, de la cloche et son mystérieux pouvoir inharmonique jusqu’au poudroiement des sillages et des orbes aux vitesses variées, en passant aussi par la pulsation et ses «allures».

Contemplation aux harmoniques pythagoriciennes bien sûr, puisqu’ainsi parle le poète:
[…] Pythagore révèle à ses Grecs / que la forme du temps est le cercle…
[…] Tout arrive pour la première fois, mais de manière éternelle.
Celui qui lit ces mots les invente.
JL Borgès, Le Chiffre (1981)

En cinq étapes le parcours d’écoute aura accompli un trajet, celui de l’unité temporelle allant vers son grain le plus fin, et la perception sensible s’aiguisant progressivement dans son appréciation des images et des formes.

La fugacité des couleurs, la vélocité des figures iront se résoudre en spirale (cette forme tri-dimensionelle du cercle), selon laquelle l’image-son initiale (les cloches) va se trouver prolongée à l’infini dans l’image-son finale: celle des grillons d’été dans la nuit d’un temps suspendu, rêveur.

Page oeuvre@15634 generated in Montréal by litk 0.600 on Monday, April 14, 2014. Development & maintenance: DIM.