General technical overview

[Not available in English]

Le début de l’œuvre sera déclenché par l’arrivée d’éléments mobiles musicaux provenant des rues avoisinantes de l’Oratoire St-Joseph, qui viendront rejoindre les autres ensembles musicaux en place sur le site.

L’OSM agira en quelque sorte de déclencheur d’événements musicaux. Le principe réside dans la circulation de la musique sur tout le site. Par exemple, un premier motif musical pourra être lancé par l’OSM et être rapidement repris à travers le site par les différents groupes musicaux. À cette fin, Walter Boudreau propose comme cantus firmus, la merveilleuse mélodie de l’hymne grégorien Veni Creator.

Les sonneries des cloches et des carillons qui retentiront tout au long de l’œuvre seront pré-enregistrées sur bande pour faciliter la diffusion. De plus, on fera sonner les clochers en direct pour donner l’ambiance dans chaque quartier. Les cloches étant l’élément rassembleur du projet, il pourrait y avoir un ou deux appels des cloches à travers l’île de Montréal une à deux heures avant le début du concert pour inviter les gens à se rendre sur le site de l’Oratoire.

La participation de la Chaîne culturelle de Radio-Canada permettra d’établir la régie centrale dans un studio mobile sur le site même. Le son des cloches sera amplifié, couplé et mixé avec celui, en temps réel, des différents groupes instrumentaux installés sur le site.

Il faut comprendre que chaque scène ou groupe de musiciens autonomes, tel que la fanfare, est une chaîne stéréophonique complète avec microphones, console de mixage et haut-parleurs. De plus, cette cellule sonore est reliée aux autres et servira à diffuser la musique provenant des autres sources, afin de créer un son continu pendant toute la durée de l’œuvre. Les chefs des groupes et ensembles seront reliés à leur tour par un chronomètre sonore (click-track) qui assurera la parfaite synchronisation des différentes interventions en solo ou en tutti.

Lors de l’exécution de cette symphonie, les ensembles ne joueront pas tout le temps. En effet, la part d’environ 15 minutes qui leur revient, sera découpée en un nombre à déterminer de segments inégaux, répartis sur l’ensemble de l’œuvre globale. Ainsi, on pourra entendre en solo, un ensemble donné, jouer pendant quelques secondes ou minutes, ou avec un groupe d’ensembles. Ensuite, l’ensemble se tait pour une période donnée et l’on entend à travers ses haut-parleurs, la musique provenant de un ou plusieurs autres ensembles se trouvant sur le site.

La perception globale de l’œuvre collective ne sera rendue possible qu’avec l’aide des médias électroniques qui diffuseront sur les ondes ainsi que par l’intermédiaire des tours de délai. Le milieu musical devra s’assurer la collaboration et le support technique des médias électroniques qui auront à faire preuve d’audace et d’invention en s’impliquant dans l’élaboration de cet événement. Radio-Canada assumera la transmission de l’événement en direct à la radio et éventuellement à la télévision.

Manifestation médiatique unique et sans précédent, elle aura ainsi l’avantage d’allier la magie des communications globales et instantanées à des musiques originales, inventives et personnelles.