John Rea

Toronto, Ontario, Canada, 1944

  • Compositeur

Ayant remporté de nombreuses récompenses prestigieuses durant sa carrière et très sollicité par divers organismes, John Rea voit ses œuvres jouées au Canada, aux États-Unis et en Europe. Il illustre des genres très variés: musique de chambre instrumentale, théâtre musical, musique électroacoustique, musique de scène, œuvres pour grand ensemble et œuvres vocales.

Sa réorchestration en 1995 pour vingt et un musiciens de l’opéra Wozzeck d’Alban Berg a été présentée à travers le monde depuis 2002, les plus récentes productions ayant lieu en 2010 à San Francisco et à Portland (Oregon), à Meiningen (Allemagne) en 2011, à Salzburg en 2012, et en 2013 dans quatre villes françaises (Avignon, Reims, Limoges, Rouen).

Tout récemment, il a réalisé une réorchestration pour vingt-huit musiciens des Trois pièces pour orchestre, op. 6 d’Alban Berg, grâce à une commande octroyée conjointement par le Musikkollegium de Winterthur (Suisse) et le Nouvel Ensemble Moderne. La création de cette version est prévue pour le 20 mars 2015 à Winterthur.

Parmi ses dernières créations, mentionnons Icare en émoi… Dédale à cran pour grand orchestre (2012, commande d’Esprit Orchestra); Beauty dissolves in a brief hour pour deux sopranos et accordéon (2009, commande de Queen of Puddings ); la transcription de plusieurs études de Ligeti, pour l’ensemble de percussion Sixtrum (2009-10); les musiques de scène pour Lortie de Pierre Lefebvre (Nouveau Théâtre Expérimental, 2008) et Oreille, Tigre et Bruit d’Alexis Martin (Théâtre d’Aujourd’hui, 2008); Singulari-T (Tombeau de Ligeti) pour le Nouvel Ensemble Moderne (Montréal, 2007); Figures hâtives, concerto de violon pour l’Orchestre Symphonique de Montréal (2006); Accident: Tombeau de Grisey, pour l’ensemble Court-circuit (Paris, 2005); une orchestration de Sieben frühe Lieder (Gustav Mahler) pour le Nouvel Ensemble Moderne (2003); Schattenwerk pour deux violons (Halifax, 2003); J’ignore si j’étais un homme rêvant alors que j’étais un papillon, ou si je suis à présent un papillon rêvant que je suis un homme ([Homme/Papillon] 2002), pour 27 musiciens de la SMCQ avec Disklavier (obbligato); Sacrée Landowska, théâtre musical (2001) pour l’ECM+ et Catherine Perrin.

Également professeur de composition, de théorie musicale, et d’orchestration à l’Université McGill depuis 1973, doyen de la Faculté de musique entre 1986 et 1991 (l’actuelle École de musique Schulich), John Rea a cofondé deux sociétés de musique à Montréal (Les Événements du neuf et Traditions musicales du monde) et a travaillé presque vingt-cinq ans au sein de la Société de musique contemporaine du Québec. Pendant vingt ans, il a fait partie du comité de rédaction pour le périodique Circuit: musiques contemporaines.

[ix-14]