Chemins vers la nouvelle musique II: De nouvelles perspectives

  • 9 avril 2005
    17h00
Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau
300, boulevard de Maisonneuve Est

Louis-Philippe Pelletier interprète Douze études de Claude Debussy.

D’Europe en Amérique, nous assistons au début du XXe siècle à l’éclosion d’une musique qui s’affranchit du lourd héritage du passé, en posant les fondements d’une nouvelle écoute pour un nouvel âge. Musique savante, sensuelle, folklorique, mystique, novatrice… Louis-Philippe Pelletier, un pionnier du piano contemporain au Québec, offre un merveilleux voyage à travers plusieurs grandes œuvres représentatives d’une période de remises en question du langage musical.

Il présentera une «nouvelle école», celle de Vienne, avec Schönberg, Berg et Webern; de «nouvelles perspectives» pour le piano, avec les études de Debussy; et un «nouveau continent» avec les trois sonates de Charles Ives. Trois récitals d’envergure qui font le portrait d’une avant-garde musicale ayant marqué le siècle dernier.

Participant

Programme

  • piano
    • 1. Pour les cinq doigts, d’après Monsieur Czerny [Livre I]
    • 2. Pour les tierces [Livre I]
    • 3. Pour les quartes [Livre I]
    • 4. Pour les sixtes [Livre I]
    • 5. Pour les octaves [Livre I]
    • 6. Pour les huit doigts [Livre I]
    • 7. Pour les degrés chromatiques [Livre II]
    • 8. Pour les agréments [Livre II]
    • 9. Pour les notes répétées [Livre II]
    • 10. Pour les sonorités opposées [Livre II]
    • 11. Pour les arpèges composés [Livre II]
    • 12. Pour les accords [Livre II]

Mot du directeur artistique

Si tous les chemins mènent à Rome, il n’en va pas de même pour la nouvelle musique! Tracer en quelques lignes l’histoire du développement de notre tradition musicale relèverait de la plus pure lubie, car l’axiome euclidien stipulant que «la ligne droite est la plus courte distance entre deux points» ayant été «déclassé», il semble de plus en plus évident que les chemins vers la nouvelle musique ont emprunté des trajets pour le moins surprenants, voire «impossibles».

Croire que notre musique, issue d’un hypothétique point A, s’est enrichie progressivement au fil des œuvres, tendant vers une sorte de «Nirvana suprême» (le Paradis musical?) situé en un point B sur l’axe de la destinée humaine, serait une grossière erreur. Ce leurre énorme dénote une interprétation tout à fait caduque des multiples méandres et caprices de la réalité historique.

La théorie «évolutionniste» ne tient tout simplement pas la route, et dans cette perspective, l’on comprend bien que certaines aventures musicales ont mené tout droit à des culs-de-sac notoires! Mais la Nature étant généreuse et l’humanité profiteuse…, les «erreurs» de parcours des uns ont généralement été «récupérées» d’une manière ou d’une autre, et mises à profit dans des contextes radicalementt différents.

Ces «Chemins vers la nouvelle musique» en trois volets distincts que nous propose Louis-Philippe Pelletier présentent un caractère absolument unique en ce sens qu’ils mettent en scène des approches fondamentalement différentes - aux antipodes les unes des autres - mais qui ont profondément influencé le paysage musical actuel.

Je vous invite donc à suivre de près le pianiste dans cet étonnant périple historique et, qui sait, peut-être y trouverons-nous (encore) des merveilles insoupçonnées?

Walter Boudreau
33 avril 2005