Apocryphal Graffiti (2000)

Sean Ferguson

clarinette et ensemble

Faire des graffitis, c’est poser son art sur l’art de quelqu’un d’autre. Cela peut être un geste irrévérencieux, comme peindre une moustache à la Mona Lisa. Mais cela peut aussi être un geste de protestation ou de critique sociale. Dans le graffiti apocryphe, ou «tag», les textes écrits affichent leur source tout en la dissimulant. Comme les lettres sont très stylisées, les mots se révèlent à l’initié, mais restent hermétiques pour le non-initié. Le texte est masqué, d’où le terme apocryphe. Bien que le graffiti soit un médium visuel, j’ai fait usage ici de techniques similaires pour composer ma musique par-dessus la musique d’autres compositeurs. Dans le même esprit, le chef et les interprètes ont à quelques reprises le loisir de créer leurs propres «tags» improvisés par-dessus ma musique. Dans certains passages, j’ai même fait entièrement disparaître le graffiti pour laisser des espaces vides dans la surface musicale d’origine.

Apocryphal Graffiti a été composé avec le soutien du Conseil des Arts du Canada et en collaboration avec la chorégraphe Isabelle Van Grimde, pour l’événement Unions Libres présenté par l’ECM en 2000. La version de concert est le fruit d’une révision exhaustive de la partition originale.

Sean Ferguson

  • Enregistrement: CD: Atma ACD 2 2208 «Nouveaux territoires 02»