L’opera per flauto (1977-89)

Salvatore Sciarrino

flûte

Avec ce cycle de compositions pour flûte, j’ai poussé les limites de l’instrument à un endroit dans un monde inconnu, dans une zone inaccessible qui se situe entre le son et le silence, entre le son et le bruit, entre le ton et ses nuances de soufflement, des soupirs et des bruits de clés.

Le point de départ était une musique riche d’images sonores et de suggestions spatiales. Un défi sans égal, à tous les niveaux: composition, exécution, acoustique, technique. À la place de L’œuvre pour flûte on pourrait très bien apposer d’autres titres. Par exemple, Il Cimento dell’Armonia e dell’Invenzione, justement à cause de la variété infinie des résultats obtenus. Un recueil atypique, qui est dans la continuité des ambitions des maîtres du passé plus qu’il ne répond à la dispersion des occasions du monde musical d’aujourd’hui.

Ma musique exige des interprètes qui sachent faire ce que l’homme ordinaire ne saurait faire. Elle n’appelle pas la virtuosité mais plutôt la capacité de transfigurer: pour retrouver le sens de nos actions quotidiennes, il faut passer par l’étonnement. L’étonnement d’une utopie qui se révèle. Peut-on donner voix à un lieu, de la même façon qu’on donne voix à une musique, à un instrument? Certaines de ces compositions imposent des obligations acoustiques qui orientent et redéfinissent l’idée même de concert ou de musique. Elles exigent un écho profond et net, d’une qualité propre à rendre négligeable la gêne des bruits extérieurs. Du reste, ma musique est connue pour l’expérience psychique qu’elle induit. Le seuil de perception s’abaisse et, avec la physiologie de l’auditeur, le bruit de fond affleure. Aucune insonorisation ne peut l’empêcher…

Salvatore Sciarrino. Sources: livret du disque de Mario Caroli, L’opera per flauto (Stradivarius Times Future, STR 33598); livret du disque de Roberto Fabbriciani, Fabbrica degli incantesimi (Col legno, wwe 1 cd 31884); Carte da suono, écrits de Salvatore Sciarrino (1981-2001), amic - archivi della musica italiana contemporanea, cidim - cim/UNESCO [traduction française: François Brousseau, Emmanuelle Bousquet]

Exécution