piano

Cette oeuvre est en fait une collection de cinq petites pièces comme autant de haïkus musicaux. En effet cinq poèmes japonais appartenant à diverses époques servent ici d’inspiration. Le son de la cloche du temple est un thème qui revient souvent dans la poésie japonaise, en particulier dans les poèmes consacrés à l’automne. Il s’agit pour le poète d’évoquer en quelques mots tout un univers; j’ai donc transposé cette règle dans le domaine de la musique, et conçu ma pièce comme des poèmes musicaux évoquant des paysages sonores.

Enfin j’ai voulu rendre hommage au compositeur japonais Toru Takemitsu qui nous a quitté à l’hiver 1996, cette oeuvre est en quelque sorte un rituel funèbre qui accompagne l’âme de l’artiste dans ses pérégrinations éternelles.

Les haïkus

I- Solitude d’automne
je pousse un soupir
la cloche du temple

(Yusui XVIIe siècle)

II- Dans la brume de l’aube
tournoie
le son de la cloche

(Bashô 1644-1694)

III- seul, le jeune moine
sonne la cloche
nuit fraîche

(Shiki 1866-1902)

IV- Merveilleux
par un trou dans la porte coulissante en papier
le Fleuve céleste

(Issa 1763-1827)

V- Le moine pèlerin
disparaît dans la brume
tinte sa clochette

(Meisetsu 1847-1926)

Serge Provost, Paris [iii-96]

Exécutions

Page oeuvre@22156 générée à Montréal par litk 0.600 le lundi 14 avril 2014. Conception et mise à jour: DIM.