dix-huit musiciens

Les espaces acoustiques de Gerard Grisey est l’une des pièces fondatrices de l’école de musique spectrale. «Tout a commencé avec Périodes», déclarait Grisey dans une entrevue avec Guy Lelong. «D’un point de vue formel, la pièce consiste en une succession d’épisodes, dont le dernier m’a servi à expérimenter une technique qui gagnerait à être développée davantage. Grâce à un spectrogramme, j’ai analysé le son mi d’un trombone et j’ai produit ces principales composantes (la note fondamentale et ses harmoniques) avec les instruments utilisés dans Périodes. Cette expérience m’a ouvert les yeux sur une nouvelle pensée harmonique que j’ai par la suite appelée “synthèse instrumentale”. J’ai dû ensuite y ajouter une suite, ce qui a donné Partiels pour 18 musiciens (1975), pièce qui faisait appel aux instruments utilisés dans Périodes. J’ai ensuite décidé de composer un cycle complet qui devait commencer par une pièce pour instrument solo et se terminer avec un grand orchestre. Comme l’alto jouait un rôle dominant dans Périodes, la pièce solo a dû être écrite pour cet instrument, et c’est ainsi que Prologue pour alto solo est né».

Le titre Partiels traduit à la fois la place du mouvement au sein d’une œuvre plus vaste et les composantes acoustiques du son. Tout comme Périodes, la pièce continue d’exprimer la forme cyclique de la respiration humaine, mais Grisey adopte ici une nouvelle technique, celle de la synthèse instrumentale. Ce style d’écriture fait appel à la micro-synthèse des sons instrumentaux individuels pour exprimer différents aspects d’un son d’ensemble macro-synthétisé. Dans l’amalgame qui en résulte, l’auditeur perd donc trace de la source des sons individuels. Ces fusions permettent l’articulation d’une vaste gamme de timbres, allant du spectre des harmoniques au bruit blanc, toujours exécutées selon différentes combinaisons de partiels.

Exécutions

Page oeuvre@22433 générée à Montréal par litk 0.600 le lundi 14 avril 2014. Conception et mise à jour: DIM.